Dunes d'Espoir : Sport et solidarité avec la MJC de Plan-de-Cuques

March 18, 2018

 

Dimanche 11 mars 2018 la MJC Plan-de-Cuques section Running, dirigé par Laurence Maraninchi, organisait la Course du Printemps (10km-35ème édition) et le Trail du Canton Vert (20km-13ème édition) au départ de la Montade pour des parcours en pleine nature dans la colline de la chaîne de l’Etoile.

 

Cet article est volontairement long mais je tenais à mettre en lumière les différents acteurs qui ont fait le succès de cette course. J'ai pris le temps de m'entretenir avec chacun dans un climat de confiance.

Avant d’en dire plus sur cette magnifique journée remplie d’émotions, je voudrais remercier certaines personnes.

 

Un grand merci à Cédric Saunier qui m’a mis en contact avec Cyril Giron, membre de la MJC Running de Plan-de-Cuques. Cédric connaît mon engagement dans la société pour faire évoluer le regard que porte celle-ci sur le handicap. Ce n’est un secret pour personne, il y a près de 20 ans (c’est-à-dire hier), j’ai été l’AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) de Cédric pendant ses années lycée. Nous nous sommes retrouvés des années après grâce à la photographie et à notre engagement dans la société. C’est tout naturellement qu’il a pensé à moi pour faire un reportage photo et écrire un article sur cette journée extraordinaire.

 

Rendez-vous était donc pris avec Cyril Giron à quelques jours du départ de la course afin d’en savoir plus sur les Dunes d’Espoir, sur son implication à la MJC de Plan-de-Cuques, sur sa sensibilisation à la différence, au handicap. Je remercie Cyril pour sa gentillesse et sa générosité.

Cyril est à la MJC Running depuis cinq ans. De part son engagement, il souhaitait que des jeunes en situation de handicap puissent participer à des courses. Il s'est donc tourné vers l'association les Dunes d'Espoir qui ont un véritable savoir faire et à proposer à Laurence Maraninchi et aux membres de la MJC Running d'inviter cette association aux valeurs humaines et solidaires sur certaines courses.

Renseignements pris sur cette association, la MJC a accepté leur participation. Cela fait maintenant deux ans que la joëlette a été adoptée par les coureurs. Quand le sport est vecteur d'intégration, c'est bénéfique pour tout le monde. Le regard de chacun évolue. 

 

Laurence Maraninchi n'aime pas le terme de présidente, elle préfère celui de responsable. Elle occupe ce poste depuis seulement trois ans et a vu de nombreux nouveaux adhérents arriver. Près de cinquante adhérents se retrouvent plusieurs fois par semaine pour s’entraîner. Elle tient vraiment au travail d'équipe et fait confiance à chaque membre. Chacun s'engage en toute liberté. C'est d'ailleurs grâce à cette liberté d'engagement et d'initiative que Cyril Giron a pu me contacter afin de médiatiser les Dunes d'Espoir. De part ses activités professionnelles, Laurence a appris à déléguer, elle ne voit pas les choses autrement. Quand Cyril lui a parlé de son envie de faire participer les Dunes d'Espoir aux courses organisées par la MJC, elle a été ouverte à la proposition. Elle connaissait les Dunes qui sont porteurs de bonne humeur. Courir pour les autres a du sens pour les coureurs de la MJC Running. Un des adhérents va courir le marathon de Londres le 22 avril prochain au profit de l'hôpital Saint Luc de Londres qui accueille des malades en fin de vie. Il y a ceux qui courent pour les autres et puis il y a ceux qui offrent leur souffle pour ceux qui en manque. Sur chaque dossard payant, 1 € est reversé à une association de lutte contre la mucoviscidose « Espoir Muco 13 » dirigée par Rita Caso. Courir pour de bonnes causes est devenu normal pour beaucoup de coureurs rencontrés ce dimanche. Laurence est ravie d'être entourée d'une équipe formidable. Elle remercie tous ceux sans qui cette course n'aurait pas pu être un succès. La ville de Plan-de-Cuques est un soutien indéfectible depuis des années, les nombreux sponsors qui permettent entre autre d'avoir de beaux lots pour la tombola, les nombreux bénévoles qui œuvrent dans un état d'esprit de partage, les médias qui donnent de la visibilité aux actions du club. 

 

Ma mission était donc de faire un reportage et d’écrire un article pour mettre en lumière les Dunes d’Espoir, vecteur d’intégration par le sport. Dès l'arrivée des membres des Dunes, je me suis présentée à eux. Ils étaient ravis que je couvre la course et que je mette en lumière leurs actions à travers cet article et les photographies. Ma curiosité m’a poussée un peu plus loin.

Des coureurs pas comme les autres étaient au départ, je devrais dire un attelage pas comme les autres. Un attelage pas comme les autres pour permettre à un jeune adolescent de participer à la course malgré son handicap. Participer à la course comme les autres. On ne peut pas rater cet attelage. Du jaune fluo, ça ne passe pas inaperçu ! Cet attelage est composé d’une joëlette avec un pilote et des cylindres. La joëlette est le nom du fauteuil tout terrain à une roue. Le pilote est assis dans le fauteuil et peut profiter de la course grâce aux cylindres, non pas des cylindres de voiture de course, mais des cylindres humains, des coureurs qui poussent et tirent la joëlette le temps de la course. Des coureurs qui offrent de leur temps, des coureurs qui offrent leurs jambes le temps d’une course. Pourquoi ce nom de joëlette ? Je me suis posé la question.  Joëlette comme Joël, Joël Claudel qui a mis au point des prototypes de joëlettes pour son neveu.

Ces coureurs pas comme les autres font partie de l’association les Dunes d’Espoir qui permet à des jeunes ou moins jeunes en situation de handicap de participer à des courses dans un esprit de partage, de plaisir et de dépassement de soi. C'est une association nationale avec des antennes dans toute la France. Une cinquantaine de coureurs bénévoles se relaient dans les différentes courses relayées par l'Antenne Sud. Ils étaient neuf (Linda, Pascale, Marie, Jacques, Audrey, Pierre, Olivier, Christine, Magali) en ce dimanche pour permettre à Lilian, pilote d’un jour, de participer aux 10km de la Course de Printemps. Pour chaque joëlette, un minimum de 6 à 8 coureurs est requis. Toute personne désirant courir pour les autres avec les Dunes peut prendre contact avec l'association via leur site internet ou venir découvrir les membres bénévoles lors d'une course. Une joëlette n'est pas fabriquée à la chaîne comme un vélo, une mobylette ou une voiture. Le seul fabriquant est Ferriol-Matrat et le prix avoisine les 4500 €. Les ressources de l'association proviennent essentiellement de fonds privés telles que des Fondations. Le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône alloue une petite subvention qui permet de changer la roue une fois par an. A ce jour, l'Antenne Sud des Dunes dispose de trois joëlettes.

 

 

 

Lilian est un jeune adolescent de 15 ans venu avec ses parents Jean-François et Carine, sa petite sœur Elina et son papy Richard pour le soutenir dans cette course pas comme les autres. Lilian a une  hémiplégie gauche et souffre d’épilepsie. Il marche très difficilement et est dans un fauteuil. Il est scolarisé à l’IEM (Institut d’Éducation Motrice) de Saint Thys à Marseille. Du fait de son handicap, Lilian a des frustrations. Frustrations de ne pas pouvoir faire ce que d’autres peuvent faire, marcher, courir, sauter, bouger. Frustrations compréhensibles. Toutes ses frustrations disparaissent lors des courses auxquelles participent Lilian. Les courses lui redonnent confiance et lui permettent d’avoir une meilleure estime de lui. Pour la première fois, il est parti seul plusieurs jours en Corse pour courir avec les Dunes d’Espoir en octobre dernier. Les membres des Dunes ont rassuré les parents pour ce premier séjour d'un adolescent sans ses parents. Lilian a gagné en autonomie. Il a également participé à un court-métrage « L’Âge d’Or » avec le chorégraphe Shonen. Sa famille est unie derrière lui et est fière de lui. J’ai été touchée par la petite sœur, qui du haut de ses 9 ans a une maturité et une curiosité sur la vie impressionnante. Son sourire en voyant son frère heureux de participer à la course, ses encouragements sont un bel exemple de solidarité fraternelle. La famille m’a fait confiance en les prenant en photo, en me racontant leur quotidien. Leur enthousiasme avant, pendant et après la course est émouvant et plein d‘espoir.

Le bouche-à-oreille est ce qui fonctionne le mieux auprès des familles qui souhaitent profiter du savoir-faire des Dunes et vivre une expérience enrichissante. Au niveau de l'Antenne Sud, une trentaine d'enfants et d'adolescents bénéficient du savoir-faire et de l'enthousiasme des Dunes. Avec le nombre actuel de coureurs bénévoles et le nombre de demande, chaque jeune peut bénéficier d'une à deux courses par an.

 

Avant de se rendre jusqu’au départ de la course au niveau de la carrière de la Montade, à l’entrée des collines, il faut se préparer. La plupart des participants se sont changés dans les vestiaires du gymnase des Ambrosis (je n’ai pas pu les suivre avec mon appareil photo !) tandis que Lilian prenait place dans la joëlette. Les coureurs des Dunes sont rodés dans le montage et le démontage de ce qui ressemble à un traîneau, dans l’installation d’un filet pour les pieds, de cordes pour tirer et pousser.

 

La course pouvait alors commencer ! Je me suis positionnée en cours de parcours, dans une montée pour prendre les coureurs en plein effort. Moi qui aime la nature, une course en pleine nature ne pouvait que me plaire. La colline a servi d’écrin à tous les coureurs.

Ne disposant pas encore d’hélicoptère pour suivre la course dans son intégralité, je suis tout doucement redescendue vers l’arrivée. Et j’ai pu ainsi assister à des moments d’émotion que je ne suis pas prête d'oublier.

 

Émotion de voir les coureurs enfin soulagés d’avoir parcouru 10km pour certains, 20 km pour d’autres. Émotion grandissante à l’approche de l’attelage jaune fluo avec Lilian à bord. Une vingtaine de mètres avant l’arrivée, l’attelage s’est arrêté. Lilian a fini à pied la course, soutenu de chaque côté, encouragé par sa famille, par tous les autres coureurs déjà arrivés, par les organisateurs, par l’animateur Pierrick. C’est l’image forte que je retiens de cette journée.

 

J’ai dit attelage fluo, mais pour parcourir les derniers mètres, Lilian a été soutenu par sa famille, par un coureur en rouge et un tout de bleu vêtu, habitué des marathons et semi-marathons, Lucien Decator. Lors de la course, les différents coureurs n'ont pas hésité les Dunes à les aider à pousser la joëlette, signe de solidarité. Lucien et Lilian ont fait connaissance en octobre dernier à Ajaccio en Corse. Tous deux participaient à des courses et dormaient sur le même site. Ils ont sympathisé. Lilian a offert un caillou porte-bonheur à Lucien qu’il porte désormais sur lui à chaque course. Lucien n’a pas gagné la course en Corse mais est quand même monté sur le podium. Lucien ne savait pas qu’il allait revoir Lilian ce dimanche à Plan-de-Cuques. Quand ils se sont revus, leur émotion était très grande. C’est donc tout naturellement que Lucien a aidé Lilian à franchir les derniers mètres qui le séparaient de la ligne d’arrivée.

 

Après la course, place au réconfort avec une bonne collation, place aux récompenses avec la remise des prix et place à la tombola en présence de Georges Bert, Premier adjoint de Plan-de-Cuques, Marcel Galli, adjoint à la jeunesse (Plan-de-Cuques), Christel Robustelli, adjointe aux sports (Plan-de-Cuques), Bruno Genzana, Vice-Président du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, Conseiller Régional.

Bruno Genzana est attaché à cette manifestation sportive, ce d'autant plus qu'il est conseiller départemental du canton Vert et qu'une des deux courses porte le nom du canton (Trail du canton vert). C'est un clin d’œil qui ne lui déplaît pas. Au-delà de ce clin d’œil, Bruno Genzana confirme l'engagement du Conseil Départemental et de Martine Vassal, Présidente du Conseil Départemental, dans ses missions d'entraide. L'esprit du don de soi lors de cette course, le fait de courir pour les autres le touche tout particulièrement.

 

Le classement du 10km et du 20km sont consultables sur  le site de Courir en France.

 

Pour avoir été présente toute la journée, je peux témoigner de la bonne ambiance et de l'état d'esprit de partage qui régnaient. Quand le sport rime avec solidarité, cela apporte du sens et de l'espoir.

Merci à toutes et à tous de la confiance que vous m'avez accordée pour la réalisation de cet article.

 

En cette année 2018, l'association les Dunes d'Espoir fête ses 20 ans. J'ai déjà réservé mon week-end de la Toussaint 2018. L'Antenne Sud des Dunes accueillera des coureurs et des jeunes d'autres antennes de toute la France pour un trail au Frioul. Du jaune fluo en perspective pour une bonne cause.

 

Pour en savoir plus : 

Dunes d'Espoir ou Christine Relliaud, présidente de l'Antenne Sud 06 28 32 66 31, pour devenir coureur bénévole ou profiter des services des Dunes.

MJC Running de Plan-de-Cuques pour courir à Plan-de-Cuques...et ailleurs...

 

Anne-Claude THEVAND

Photographie Communication Développement Culturel

http://www.anneclaudethevand-photographies.com/

thevandphotographies@free.fr

06 75 00 51 54

 

Please reload

 L'Etoile Rayonnante - Anne-Claude THEVAND

Mentions Légales - 2014-2017