Jean-Marc DERMESROPIAN, la passion de la scène

L'année dernière, j'avais assisté à un concert de Jean-Marc Dermesropian qui avait donné lieu à un article de ma part.

Près d'un an après, je vous livre une interview de Jean-Marc afin d'en savoir plus sur cet amoureux de la scène.


- Anne-Claude THEVAND : Merci Jean-Marc d’être venu jusqu’à moi pour cette rencontre en compagnie d’Edith que tu vas me présenter en deux mots.

- Jean-Marc DERMESROPIAN : Edith est ma compagne et est comédienne. La passion de la scène nous rassemble.

- ACT : Si tu devais te présenter en trois mots, quels seraient-ils ?

- JMD : Guitariste, chanteur, humoriste.

- ACT : J'ai été scolarisé dans le même lycée que toi, le lycée Marcel Pagnol à Marseille quelques années plus tard. J'ai revu récemment, Mr Rava, alors professeur de sciences physiques qui se souvenait très bien de toi et de ta guitare. Comment as-tu découvert la guitare ? et comment s’est passé ta scolarité au lycée ?

- JMD : J’ai découvert la guitare à travers Georges Brassens. En effet, j’ai voulu une guitare pour jouer Brassens. Après obtention de mon BEPC, j’ai pu avoir une guitare et j’ai joué tout Brassens. Lorsque j’étais au lycée, un surveillant étudiant la physique et la chimie, Alexandre Boulanger donnait des cours de guitare mais n'avait pas de temps à me consacrer car il était pris par ses études et ses élèves. Ensuite, mon professeur de français, Monsieur Khayadjian m’a conseillé à un de ses anciens professeurs, Monsieur Louis Davalle, professeur de guitare. J’ai donc, à ce moment-là commencé la guitare classique et obtenu trois ans plus tard ma licence de concert et le diplôme d’or en classe de virtuosité au concours national de musique Gil Graven.

Au lycée, des camarades m’ont demandé de leur donner des cours de guitare. C'est comme cela que j'ai eu mes premiers élèves que j’ai réussi à garder pendant mon service militaire lors de mes permissions le dimanche.

J’aimais les maths et la guitare mais la guitare a eu le dessus et mes enseignants du lycée s'en souviennent encore.

- ACT : A côté des cours de guitare classique, as-tu une formation en chant ou une autre formation musicale ?

- JMD : J’ai été autodidacte lorsque j’ai appris à jouer et chanter Brassens. J’ai été autodidacte aussi lors de mes séjours au Brésil et j'y ai ramené dans mes valises la bossa nova et c’est ainsi que j’ai pu travailler pendant 17 ans au restaurant le Caçao à Marseille.

- ACT : Tu chantes Brassens, Perret, Ferrat et autres grands noms de la chanson française, écris-tu et composes-tu des chansons ?

- JMD : J’écris des chansons et je compose. J’ai par exemple composé la musique des textes de Lucien Aschiéri, poète et historien.

Pendant mes années passées au Caçao, je chantais des chanteurs connus, j’ai beaucoup chanté dans l’urgence et la priorité n’était pas à interpréter mes chansons. J’ai conscience qu’il est difficile de se faire une place dans le monde médiatique quand on est auteur.

- ACT : A côté des chansons, tu écris des livres où tu racontes tes anecdotes avec beaucoup d’humour, comptes-tu remonter sur scène avec ta casquette d’humoriste ?

- JMD : Non, ce n’est pas ma priorité aujourd’hui. En revanche, j’écris tous les jours sur le ton de l’humour un peu comme une discipline. J’aime écrire avec humour et autodérision. Je prends du recul sur ce qui m’arrive au niveau professionnel, c’est important.

- ACT : Quels sont tes liens avec les autres artiste ?

- JMD : Autant je pratique l’autodérision, autant je peux mettre en avant certains artistes, que ce soit en préfaçant des CD ou en écrivant des articles de presse notamment dans la revue "Les Amis de Georges", ou encore sur les réseaux sociaux comme Facebook.

- ACT : Quel est ton public ?

- JMD : mon public a l’âge de mes chansons si on peut s’exprimer ainsi. Afin de sensibiliser les plus jeunes à la chanson française, j’ai mis au point avec Edith, ma compagne et comédienne, un spectacle destiné aux écoliers avec des chansons de Brassens : Si Brassens m’était conté . Nous étudions sur le même principe des spectacles pour enfants avec les chansons de Perret, Béart et Moustaki.

Je veux donner le goût de découvrir certains chanteurs mais aussi le goût de la récitation car pour moi, il est important de bien connaître ses textes pour les chanter, les interpréter.

- ACT : Comment continues-tu aujourd’hui pour te faire connaître ?

- JMD : J’avoue que cela se fait tout seul maintenant. Je me suis fait connaître au restaurant le Caçao. Aujourd’hui, les gens m’appellent de toute la France (Dordogne, Limoux, Paris, Valensole, Vaison-la-Romaine avec le festival Brassens) pour que je donne des concerts.

Les seules démarches que j’effectue sont de contacter les écoles car je ne suis pas encore connu pour les spectacles jeune public.

- ACT : Tu tournes dans la France entière, quand aura lieu ton prochain spectacle à Marseille, ta ville natale ?

- JMD : Je vais chanter Pierre Perret et Charles Aznavour en étant accompagné au piano par Jean-Pierre Abed le vendredi 19 mai prochain dans la salle de spectacle de l’école Hamaskaïne, 60 boulevard Pinatel dans le 12ème. Pour réserver, m’appeler au 06 80 20 66 77.

- ACT : Beaucoup d’artistes ne vivent pas de leur art, qu’en est-il pour toi ?

- JMD : J’ai la chance de travailler avec plaisir et de vivre de mon art depuis mes 18 ans, âge où j’ai commencé à donner des cours.

- ACT : Avec tes différents concerts, trouves-tu encore le temps de donner des cours de guitare ?

- JMD : Aujourd’hui, je n’enseigne plus dans les écoles de musique, je donne quelques cours privés mais cela reste confidentiel.

- ACT : Quel est ton mot de la fin ?

- JMD : J’espère continuer le plus longtemps possible à faire de la scène avec passion et humour.


Texte Anne-Claude THEVAND

Pour en savoir plus sur Jean-Marc Dermesropian vous pouvez consulter son site.

#JeanMarcDesmeropian #MarcelPagnol #PierrePerret #CharlesAznavour #LouisDavalle #guitare #conservatoire #GeorgesBrassens #Caçao #bossanova #guybéart #Moustaki

54 vues

Posts similaires

Voir tout