Mes stagiaires, le sport et moi

Depuis 2013, j'accueille des stagiaires dans mon entreprise. Jusqu'à présent, il s'agissait d'élèves en observation dans mon entreprise de Photographie, Communication et Développement Culturel, L'Etoile Rayonnante. J'ai accueilli depuis quatre ans Emmanuel, Alexandre, Florian, Théo, Marie et tout récemment Adrien. Je commence à être roder dans l'accueil des jeunes sur une durée d'une semaine. C'est un plaisir à chaque fois que de partager ma passion de la photographie, de la communication et de la culture.

 

Le vendredi 9 juin à midi, je reçois un appel téléphonique de deux jeunes filles, élèves en seconde photographie au lycée Blaise Pascal de Marseille. Elles devaient faire un stage de trois semaines à compter du 12 juin et malgré leurs recherches, n'ont trouvé aucune entreprise, aucun photographe pour les accueillir toutes les deux. Elles m'ont trouvé sur internet, cela signifie donc que je commence à être bien référencée. Je ne savais quoi leur dire. En effet, j'accueillais déjà Adrien en observation, je n'ai pas de locaux professionnels vu que je travaille depuis chez moi ou en extérieur et je ne savais pas ce que je pouvais leur faire faire. Leur motivation l'a emporté et j'ai accepté de les prendre en stage.

 

La première semaine, je les ai embarqué dans mes rendez-vous avec des collègues photographes (Frédéric Lohbrunner, Frédéric Stéphan), à des remises de prix de concours photo organisé par l'Arapède et Vertiges en Provence, ont pu assister à un cours photo dispensé par Bruno Manuel et ont pu ainsi voir que je continue à me perfectionner car je n'ai pas la prétention de tout maîtriser.

 

Le samedi 17 juin a été une journée décisive dans le tournant du stage. Bruno Manuel a réuni tous ses élèves à la Freestyle Cup afin que nous nous familiarisons  avec la photographie sportive. Mes stagiaires, Tina et Margaux étaient aux anges car elles veulent devenir chacune photographe sportive. J'allais donc pour la suite du stage les faire travailler principalement sur la photographie sportive tout en les incitant en douceur à photographier autre chose que le sport afin qu'elles s'ouvrent à d'autres domaines. Je précise en douceur car je suis la première à ne pas vouloir être brusquée dans ce que j'entreprends. C'est ainsi qu'elles ont réalisé des reportages photographiques, fait de la photo urbaine et visité des expositions photographiques, dont la dernière, celle des élèves de Jean-Marie Plume.

 

Les deux semaines suivantes, elles ont pu retourner avec un immense plaisir au bowl de Marseille. Afin que les photographies que nous avons prises soient plus parlantes, je leur ai demandé de faire des recherches sur l'histoire du bowl,  de la Freestyle Cup, du skate et du BMX, domaines que je ne connaissais pas beaucoup j'avoue. Je leur ai également suggéré d’interviewer un sportif. Comme elles n'avaient jamais réalisé d'interview, je me suis prêté au jeu de leurs questions en guise d'entrainement. Dès qu'elles auront rencontré le sportif en question, elles savent que je mettrai leur interview sur mon site afin de valoriser leur travail.

 

L’histoire du BOWL par Tina et Margaux

C’est peu connu des profanes, mais la cité phocéenne héberge l’un des skateparks les plus célèbres d’Europe : sur les plages du Prado, à quelques pas de la mer Méditerranée. Le bowl du Prado, dont les formes sont inspirées par les piscines californiennes vides que convoitaient les “seigneurs de Dogtown” dans les années 1970, est entré dans la légende en 2000. Remontant aux origines du skatepark – un bassin vide au milieu d’un park, investi par les jeunes skaters marseillais dans les années 1980 –, il explique à quel point l’influence des pionniers californiens fut décisive dans l’ouverture du bowl en 1991. Son architecte, Jean-Pierre Collinet, raconte comment il l’a conçu en s’inspirant explicitement du terrain de jeu des kids californiens : “Notre rêve californien était là”, affirme-t-il. D’ailleurs les Z-Boys (Surnom des jeunes pratiquant le skate)  eux-mêmes se sont reconnus dans ses courbes élégantes.

 

La Freestyle Cup par Tina et Margaux

A l’occasion de son 10ème  anniversaire, la Sosh Freestyle Cup accueille de nouvelles compétitions internationales avec le Red Bull Bowl Rippers, étape 5 étoiles du world tour AIS, du BMX (Flat et Bowl), de la Trottinette mais aussi des sports nautiques avec du Kitesurf et du Stand Up Paddle. Lors de cet événement, la musique est au rendez-vous avec un festival musical electro & house de 10 jours dans un cadre idyllique.

 

 

L’histoire du SKATE par Tina et Margaux

 Ce sont des surfeurs Californiens qui ont voulu se procurer les sensations du surf, sur le bitume. Pour cela ils ajoutèrent des roues sur une planche de surf, mais ils ne pouvaient que descendre des pentes !

Photographies de Margaux Moulet des skatteurs

 

Photographies de Tina Chazal des skatteurs

 

Photographies d'Anne-Claude Thevand des skatteurs

 

 

 

L’histoire du BMX par Tina et Margaux

Le bicross, ou BMX dans les pays anglo-saxons signifiant Bicycle Motor Cross, a été inventé au début des années 70. Cette discipline a été créée au départ pour les enfants des pilotes de motocross californiens, pas assez âgés pour la conduite d’une moto. Puis la discipline s’est étendue sur une grande partie du continent américain pour arriver en Europe et s’installer dans le monde entier. Elle a aussi évolué : si auparavant les vélos étaient bricolés tant bien que mal, l’heure est maintenant aux matériaux de haute technologie afin de construire de véritables machines de compétition. A l’instar des pilotes de super-cross, les coureurs parcourent les 5 continents à la conquête de titres internationaux.

 

Photographies d'Anne-Claude Thevand du BMX

 

 

Interview de moi-même par Tina Chazal

 

- Tina CHAZAL :  Bonjour, merci d’avoir accepté ma demande d’interview. 

- Anne-Claude Thevand : De rien c’est un plaisir que de me prêter au jeu des questions-réponses.

- TC :  Anne-Claude, si votre domaine de prédilection en photographie est la nature, pourquoi tentez-vous le sport ?

- ACT :  A vrai dire je n’ai pas qu’un seul domaine. Je photographie certes beaucoup la nature à travers les paysages ou la macrophotographie, mais je réalise des reportages dans le domaine de la culture et j’aime découvrir de nouvelles choses, je suis une grande curieuse. Grâce aux cours photo que je prends depuis 2 ans avec Bruno Manuel, j’ai eu l’opportunité d’approcher la photographie de sport tout récemment.

- TC : Avez-vous un sport de prédilection ? 

- ACT : Je n’ai pas assez photographié de sport pour vous dire mon préféré mais en tant que spectatrice j’aime beaucoup le patinage artistique. En tant que photographe, je me verrais bien réalisé des photos spectaculaires. 

- TC : Spectaculaires ? C’est-à-dire ? 

- ACT : Du genre BMX, Skate et autres sports où il y a de belles acrobaties à photographier.

- TC :  Allez-vous investir dans du matériel plus conforme pour la photo de sport ? 

- ACT :  J’ai toujours eu envie d’investir encore plus en matériel photo de manière général, mais c'est un budget conséquent. Si quelqu’un veut bien me sponsoriser, je suis preneuse ! (rires) 

- TC : Pourriez- vous oublier vos fleurs pour vous consacrer uniquement au sport ? 

- ACT : Non. Même si j’aime bien le sport, j'aime bien la tranquillité de mes paysages et un domaine n'en chasse jamais un autre, il vient se rajouter au champ des possibles.

- TC : Dans le domaine du sport, êtes-vous plus reportage ou plus artistique ? 

- ACT : J’aime associer les deux.  C'est enrichissant.

- TC : Cherchez-vous  la photo parfaite ou le défaut qui fait tout son charme ? 

- ACT :  La perfection n’est pas de ce monde. Si la photo me plait, peu importe qu’elle ait un défaut ou non. L'essentiel est que je sois touchée. 

- TC : Pour finir, la possibilité d’un calendrier sportif pour 2018 ? 

- ACT : C’est trop tôt, et jamais facile. Le choix des sports est très compliqué selon les saisons et je n'ai pas au jour d'aujourd'hui assez de photographies sportives, mais je ne dis pas non, on verra bien d'ici quelques années. En revanche, je réfléchis à des photos sportives pour de prochaines expositions.

- TC : Merci beaucoup ! Bonne continuation. 

- ACT : Merci à toi.

 

Interview de moi-même par Margaux Moulet

 

- Margaux Moulet : Bonjour merci d’avoir accepté mon interview.

- Anne-Claude Thevand : De rien c’est un plaisir pour moi.

- MM : Que pensez-vous du sport en général ?

- ACT : J’ai toujours pratiqué plus ou moins de sport. A une époque, je courais, je faisais du vélo, etc. J’ai eu par la suite des petits accidents et j’ai mis de côté le sport. Je m'y suis remise il n'y a pas longtemps afin de garder la forme car comme on dit le sport c’est la santé. Ce que je n’aime pas dans le sport, ce sont les dérives liées à l’argent, il y a trop d’inégalités, trop d'excès.

- MM : La Freestyle Cup vous a-t-elle  permis de découvrir de nouveaux sports ?

- ACT : Oui, je connaissais certes le Bowl parce que c’est une institution à Marseille, même si ça faisait longtemps que je n’y étais pas allée. Je n’avais jamais pris de photos au Bowl. Le skate et le BMX je connaissais d’existence. Le fait d’avoir pris des photos dans le cadre des cours avec Bruno Manuel a été l’occasion de découvrir d’un peu plus près la photo sportive.

- MM : Cela vous a-t-il donné envie d’en connaitre plus sur ces sports-là ?

- ACT : Sur mon CV je marque toujours défauts : curiosité, sensibilité, qualités : curiosité, sensibilité. La curiosité n’est pas un vilain défaut, j’ai toujours envie d’en connaitre un peu plus, donc oui pour assouvir ma curiosité sur ces sports.

- MM : Avez-vous aimé prendre des photos sportives ?

- ACT : Oui, ce qui est agréable avec les photos prises en extérieur, c'est un sentiment de liberté. C'est un des points communs avec les photos de paysages. Les conditions météorologiques étaient parfaites, certes un peu trop chaud mais on se sentait en vacances, c’est le côté agréable. J’ai pris du plaisir à prendre des photos et à vouloir faire The photo.

- MM : Comptez-vous participer à des concours photos sur le sport ?

- ACT : Ce n’est pas d’actualité, mais envie de progresser.

- MM : Vu que vous avez découvert une nouvelle catégorie, cela vous a-t-il donné envie d’expérimenter plus la photographie sportive ?

- ACT :  oui, bien sur. J'ai envie de retourner au Bowl, j'ai envie de photographier les sports nautiques, la gymnastique, la danse.

- MM : Voulez-vous mettre la photo sportive dans vos prestations ?

- ACT : Pas dans l’immédiat mais je vais mettre les photos  que j'ai prises avec vous sur mon site. Chaque domaine demande un investissement, un approfondissement avant de le proposer comme prestation.

- MM : Merci d’avoir répondu à mes questions.

- ACT : De rien. Au revoir.

 

J'ai été ravie de voir deux jeunes filles passionnée, sachant ce qu'elles veulent faire dans leur vie. Elles ont encore à apprendre. Leur motivation, leur envie et leur travail les aidera à réussir.

Je vais être amenée à les revoir pour continuer notre aventure photographique...

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

 L'Etoile Rayonnante - Anne-Claude THEVAND

Mentions Légales - 2014-2017