Voeux éternels


Mes voeux éternels de douceur, de poésie et de créativité signent mon retour dans la publication de mes photos après six mois sans avoir traité une photo. Je développe mes voeux et les raisons de mon silence photographique dans cet article.


Voeux de douceur car le monde tournerait mieux si la douceur prenait la place de l'agressivité et de la violence. L'humanité aurait tant à y gagner. En tant qu'aspie (petit nom des autistes Asperger) et hypersensible, j'ai besoin de douceur pour me sentir bien.


Voeux de poésie car je regarde le monde avec des yeux de poète. La poésie n'est pas que dans l'écriture, elle est dans le quotidien.


Voeux de gourmandise et de plaisir car les plaisirs du palais, les plaisirs des papilles sont importants. L'éducation au bien manger devrait être universel. Au-delà de manger des produits goûteux à souhait pour la simple satisfaction des papilles gustatives, il est important de consommer des produits de qualité dans le respect de leur production. L'un ne va pas sans l'autre à mes yeux. Respect des hommes qui produisent, respect de la terre, ce en tout lieu de la planète. Je suis depuis toujours pour des cultures éthiques. Si l'éthique prenait le pas, l'exploitation des hommes diminuerait et j'ose espérer que chacun puisse manger à sa faim d'abord, avec gourmandise ensuite.


Voeux de curiosité pour découvrir le monde qui nous entoure, pour se découvrir soi-même. La curiosité n'est pas un vilain défaut, en plus d'être un gage de découvertes, elle permet l'enrichissement et l'ouverture d'esprit.


Voeux de sensibilité pour vivre en prenant le temps de regarder, de sentir, d'écouter, de toucher, de goûter, et tant d'autres choses afin de profiter de tous nos sens qui sont bien plus que cinq, on l'oublie trop souvent. J'ai pris conscience de mon hypersensibilité avec mon diagnostic d'aspie en cette année 2020 qui vient de s'écouler. Cette hypersensibilité peut être source de handicap quand il y a gène et source d'ouverture accrue sur le monde. Je suis hypersensible à certains bruits, certaines odeurs, certaines lumières. Le bruit me fatigue énormément jusqu'à un sentiment de colère incontrôlable. Je fuis les ambiances bruyantes. De nombreuses odeurs m'indisposent jusqu'au malaise, jusqu'à la colère souvent enfouie, à commencer par les odeurs chimiques. Je ne supporte pas l'odeur du tabac, de la javel, de l'ammoniac, des arômes chimiques dans la nourriture. Raison de plus pour manger des produits le plus possibles naturels. A côté de la gêne, il y a des avantages à être hypersensible. Je savoure les plaisirs de façon décuplée. Le spectacle de fourmis faisant des provisions est pour moi un ballet poétique qui m'emplie d'émotion. Emotion que je traduis dans mes photos et ma poésie, qu'elle soit en vers ou en prose.


Voeux de créativité pour s'émanciper, pour exister, pour être soi. Dans certaines contrées à certaines époques, la créativité était considérée comme de la folie. Encore aujourd'hui l'esprit créatif n'est pas toujours compris ni respecté. Suivre un moule sans réfléchir n'est pas de l'art, n'est pas une vie d'existence propre. Je prône la créativité et l'éducation à la créativité, source d'émancipation. Je prône une société où les individus pensent par eux-mêmes, créent en toute liberté.


Voeux de tolérance et de respect pour vivre en harmonie, chacun avec nos individualités, avec nos différences qui font la richesse de ce monde. Je prône une société qui ne mette pas de côté, qui ne rejette pas ceux qui pensent différement, ceux qui n'ont pas la même couleur de peau, ceux qui n'ont pas la même religion ou qui n'en ont pas, ceux qui ont une orientation sexuelle différente, ceux qui n'ont pas les mêmes idées politiques, ceux amoindris par une maladie ou pathologie, ceux au fonctionnement cognitif différent. La société commence par la cellule familiale.


Voeux de liberté d'être soi avant tout. La liberté de circuler sans la liberté de penser, sans la liberté de créer, sans la liberté d'aimer, sans la liberté intérieure n'est pas la liberté. Nous avons parfois une illusion de liberté...


Cette carte de voeux vient après six mois sans avoir traité une seule photo depuis fin juin 2020. Vous n'êtes pas sans savoir que nous vivons une époque particulière depuis l'apparition du Corona Virus à la fin de l'hiver 2020 chez nous.


Le club photo dont je suis membre garde le lien depuis le début du premier confinement avec l'ensemble des photographes. Je remercie au passage les membres du bureau pour ce lien. Je n'ai jamais pris autant de photos que pendant le premier confinement et les mois qui ont suivi afin de répondre aux différents défis photographiques. J'ai fait des photos que je ne faisais pas habituellement comme de la macro qui demande beaucoup de concentration. Je me suis également concentrée sur des retouches spéciales que je ne faisais pas également auparavant. Après tous ces efforts de concentration, j'ai ressenti le besoin de faire une pause avec le traitement des photos. Je dis avec le traitement car je n'ai pas fait de pause avec mon appareil photo. J'ai continué, plus que jamais, à photographier comme à mon accoutumé, lors de sorties dans la nature. Je suis une photographe qui marche, qui a besoin d'espace. Difficile quand on est confiné. En ce début d'année 2021, j'ai repris le chemin du traitement de mes photos. J'affirme ma patte créative, ma sensibilité. Un jour, je parlerai de l'âme de mes photos.


La deuxième raison de ma pause photographique, et non des moindres, est que l'année 2020 a coïncidé avec mon diagnostic d'aspie. J'étais donc concentrée sur ce diagnostic pendant des mois jusqu'à l'officialisation fin octobre 2020. Comprendre son fonctionnement est une étape importante dans une vie. Une étape cruciale même. Au-delà de comprendre mon propre fonctionnement d'aspie hypersensible, cette étape de ma vie m'aide à comprendre le fonctionnement du cerveau, du corps humain de manière générale et approndie. Il reste tellement de choses à découvrir pour comprendre le cerveau. C'est un des défis du XXIème siècle. Si je peux aider la science à avancer, c'est avec plaisir. Je suis en contact depuis plusieurs mois avec certains chercheurs. Je me documente beaucoup pour apprendre.


Pour conclure, je vous souhaite de prendre soin de vous, corps et âme.


Anne-Claude, 10 janvier 2021



 L'Etoile Rayonnante - Anne-Claude THEVAND

Mentions Légales - 2014-2017