Rétrospective Serge Mandas à la galerie Sébastopol

April 17, 2016

 

 

 

 

Le mercredi 6 avril avait lieu le vernissage de la rétrospective dédiée à Serge Mandas à la Galerie Sébastopol, 10 place Sébastopol à Marseille dans le 4ème arrondissement. 

Cette exposition est visible jusqu'au 30 avril.

 

Vous pouvez rencontrer Serge Mandas à l'occasion de la soirée de clôture le mercredi 27 avril à partir de 19h.

 

Serge Mandas est un peintre connu entre autres pour ses nus inspirés du Marquis de Sade et d'Arthur Rimbaud.

 

Serge Mandas a accepté de répondre à mes questions. J'en suis fière et honorée car il ne donne pas ou peu d'interviews aux médias. Je connais Serge depuis plusieurs années, une relation de confiance s'est instaurée entre nous.

 

- Anne-Claude THEVAND : Serge, quand je t'avais interviewé en 2013, tu m'avais dit que plus jamais tu n'exposerai à Marseille. Quel a été le déclic pour qu'on puisse admirer tes tableaux à Marseille?

- Serge Mandas :  Les responsables de la galerie Sébastopol sont venus me voir en mai 2015 au Sm'Art à Aix-en-Provence et m'ont proposé d'exposer chez eux. J'ai accepté d'autant plus que cette galerie est une galerie associative et j'aime bien ce principe.  J'étais prêt pour exposer de nouveau à Marseille. Si on m'avait proposé d'exposer à Marseille en 2011, je n'aurais pas été prêt car je venais de fermer la galerie Dopel dans le quartier du Merlan. 

 

- ACT : Pourquoi une rétrospective maintenant?

- SM : Rétrospective car cela fait trente ans que je n'avais pas exposé mes peintures à Marseille. Lorsque j'avais la galerie Dopel, j'exposais les tableaux des autres et pas les miens.

 

- ACT : A propos de la galerie associative Dopel, pourquoi as-tu été contraint de fermer ce lieu de culture ?

- SM : j'ai fermé la galerie Dopel, appelée aussi salons Dopel, en 2011 car j'ai eu des problèmes de financement. Les subventions promises par écrit par certains élus n'ont jamais été accordées à l'association.

 

- ACT : Lorsque tu gérais la galerie Dopel, tu avais réalisé une bâche contre le Centre Éducatif Fermé qui était prévu dans les hauteurs du quartier du Merlan. Peux-tu m'en dire plus?

- SM : En effet, un Centre Educatif Fermé (CEF) devait voir le jour et les habitants du Merlan et de Saint Mitre se sont mobilisés contre la construction. J'ai peint sur une grande bâche un dessin explicite et un message explicite contre ce CEF. Cette bâche était à la vue de tous où devait se construire le CEF. Les élus n'ont pas apprécié. Je pense que c'est à cause du message de cette bâche que les subventions que j'attendais pour la galerie Dopel n'ont pas été débloquées.

Les élus, de droite comme de gauche, n'ont pas tenu leurs promesses. *

 

- ACT : Tu as voulu t'impliquer dans le quartier du Merlan, quartier où tu as grandi. Que reste-t-il de ton implication?

- SM : Les jeunes du quartier viennent me voir au contrôle technique où je travaille et me demandent des autographes. J'avais organisé des cours gratuits pour enfants à la galerie Dopel car pour moi, l'art doit être accessible à tous.

De plus, je m'étais impliqué dans le Comité des Fêtes du Merlan avec Bernard Riccardi, Alain Ara, Vincent Giorgi et Frank Conejero. Parmi les idées, il y avait l'idée de créer un grand marché à proximité de la galerie Dopel. Marché qui n'a jamais vu le jour à cet endroit car nous n'avons pas obtenu les autorisations nécessaires. De plus, je n'ai pas apprécié la façon d'agir de Frank Conejero qui a joué cavalier seul. J'ai préféré démissionné du Comité des Fêtes.

 

- ACT : J'ai bien compris après tes déboires avec les subventions publiques, que tu ne demanderai plus rien aux élus. Comment fais-tu pour trouver des sponsors et quels sont-ils?

- SM : j'ai des sponsors réguliers et des sponsors pour cette rétrospective à la galerie Sébastopol.

Comme sponsors réguliers, je peux citer le Mas Bleu, le Laser Game de Plan-de-Campagne, Truffaut.

Comme sponsors pour ma rétrospective, il y a le Mas Bleu et Citroën Blancarde.

En ce qui concerne le Mas Bleu, j'ai démarché il y a deux ans le domaine viticole qui a été d'accord pour me sponsoriser. De plus, j'ai réalisé une étiquette collector pour certaines de leurs bouteilles.

J'ai conscience que je suis un peintre connu et qu'il est plus  facile d'obtenir des sponsors privés.

 

 

- ACT : Tu dis que tu es un peintre connu, comment est établi cette reconnaissance?

- SM : Cambride Expertise est une entreprise britannique, spécialisée dans l’expertise des œuvres d’art contemporain et plus particulièrement la peinture et la sculpture. C'est cette entreprise qui établi le classement. Pour eux, je fais partie des dix peintres français les plus côtés du moment et des cinquante peintres les plus côtés à l'international.

 

- ACT : De quels milieux es-tu le plus connu?

- SM : Les collectionneurs et les amateurs d'art sont ceux qui me connaissent le plus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- ACT : Tu n'exposes pas seul à la galerie Sébastopol, peux-tu nous présenter ceux qui exposent avec toi?

- SM : J'ai invité deux de mes élèves, Roseline Chouraqui et Martine Peters ainsi qu'un sculpteur Claude Peters.

 

Il y a également un tableau de mon père, Nicolas Mandas, La Liseuse qu'il a peint en 1975.

 

- ACT : Donnes-tu toujours des cours de peinture?

- SM : J'ai arrêté provisoirement de donner des cours depuis un an par manque de place dans mon atelier.

 

- ACT : As-tu d'autres projets d'exposition sur Marseille?

- SM : Oui, je vais prochainement exposer chez Citroën Blancarde et je peindrai en direct.

 

- ACT : Serge, tu es aussi connu pour ta générosité, comment se traduit-elle?

- SM : Il m'arrive de faire don de mes tableaux. Mais je préfère acheter directement ce dont les personnes ont besoin. Je suis impliqué auprès des enfants malades et j'achète ce dont l'hôpital a besoin, ainsi je suis certain où va mon argent.

 

- ACT : Tu donnes peu d'interviews, pourquoi?

- SM : J'en donne pour les bonnes causes comme les enfants malades. J'ai répondu à l'invitation du Ravi au sujet de Marseille 2013. Je préfère discuter directement avec le public lors des expositions auxquelles je participe.

 

- ACT : Tu refuses l'appellation d'artiste, pourquoi?

- SM : Je ne suis pas un artiste, mais un artisan. Je prends souvent l'exemple du maçon qui construit une maison qui tient debout, à mes yeux, lui est un artiste. Je n'ai pas cette prétention.

 

- ACT : Tes tableaux ne sont pas tous signés Serge Mandas, pourquoi?

- SM : En effet, certains de mes tableaux sont signés Mohican. Mes ancêtres étaient des apaches, c'est une façon de leur rendre hommage.

 

* Suite à la mobilisation des habitants du Merlan et de Saint Mitre, le Centre Éducatif Fermé n'a pas vu le jour.

 

Pour en savoir plus sur Serge Mandas, visitez son site et sa page Facebook.

 

Lieu d'exposition :

Galerie Sébastopol

10 place Sébastopol, 13004 Marseille

04 91 40 94 68

 

Horaires : 

de 9h à 19h.

 

 

 

 

 

Please reload

 L'Etoile Rayonnante - Anne-Claude THEVAND

Mentions Légales - 2014-2017