La bonne chère contre la malbouffe

March 30, 2016

J'ai appris ce matin comme beaucoup d'entre vous le décès de Jean-Pierre Coffe. Il était connu du grand public pour son combat contre la malbouffe et sa façon de le dire : c'est de la m.... Combat que je ne peux que saluer. Combat qui est aussi le mien depuis de nombreuses années.

 

La France est un pays où les plaisirs de la table ont une grande importance. La cuisine, la gastronomie font partie de notre culture, de notre patrimoine.

De nombreux industriels proposent des produits de mauvaise qualité...je ne vais pas parler du scandale de la viande de cheval, je risquerai de partir au galop...ces produits de mauvaise qualité sont rentables pour ces industriels peu regardants, peu scrupuleux de la santé et du bien-être du consommateur.

 

Je suis attachée aux valeurs humaines, à l'éthique, et prendre le consommateur pour un pigeon va à l'encontre de ces valeurs qui devraient être universelles.

 

Je crois (encore) qu'on peut être un industriel de l'agro-alimentaire et proposer des produits de qualité. Je fais attention à ce que je j'achète, à ce que je mange, et ce sans pour autant dépenser beaucoup plus. J'achète rarement des produits industriels. Dans la mesure du possible, je prépare tout ce que je mange et fais manger à ma famille.

 

Je vais vous raconter une anecdote.

Quand j'étais en classe de seconde à la fin des années 1980 au lycée Marcel Pagnol, en cours de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre), nous avons étudié l'agriculture. Lors d'un contrôle, j'ai dit ce que je pensais des tomates espagnoles qui poussent sous serre. Je préférai de loin les tomates du jardinier de ma grand-mère. L'enseignante n'a pas apprécié ma façon de penser car pour elle, pour nourrir toute la planète, il fallait en passer par l'agriculture sous serre où on mange des fruits et légumes non murs et insipides. Je continue de penser que j'avais raison. Je continue de penser que l'on peut faire pousser des fruits et légumes sans utiliser des tonnes et des tonnes de pesticides, d'insecticides et autres -cides en tout genre. Je continue de penser qu'une autre agriculture est possible.

 

La bonne cuisine est un plaisir, la bonne cuisine doit tenir compte de notre santé, de notre porte-monnaie. 

 

La culture passe par notre assiette...

 

Je lève mon verre (avec modération) à Jean-Pierre Coffe et à tous ceux qui défendent la bonne chère contre la malbouffe.

Please reload

 L'Etoile Rayonnante - Anne-Claude THEVAND

Mentions Légales - 2014-2017